• Eucharistie et foi

    fra_angelicoEucharistie, mystère de Foi

    L’année de l’Eucharistie

    Le Pape Jean-Paul II a voulu en 2004 déclarer l’année de l’Eucharistie. C’était une invitation à prendre très au sérieux. Le Saint-Père lui-même considérait cette année de l’Eucharistie comme une synthèse et un sommet de tout le chemin qu’il a indiqué à l’Église depuis dix ans, quand en novembre 1994, dans Novo millenio adveniente, il a commencé à orienter la vie de l’Église vers le grand jubilé de l’an 2000.

    L’Eucharistie n’est pas seulement un sacrement à célébrer, elle doit être quelque chose qui polarise toute notre vie et qui la restructure de l’intérieur. Dans sa lettre apostolique Mane Nobiscum Domine (Reste avec nous Seigneur), où il présente l’année de l’Eucharistie, le Saint-Père utilise les expressions « manière d’être »1, « attitude eucharistique »2; il en parle comme d’une « école »3 , à partir de laquelle doit se diffuser une « culture de l’Eucharistie »4 appelée à renouveler la vie de tout chrétien, jusqu’à imprégner la vie sociale elle-même. Il nous faut non seulement recevoir ou adorer le Saint-Sacrement, mais il s’agit de « devenir Eucharistie »…
    On pourrait longuement développer tout ce que l’Eucharistie, vécue avec foi et intériorité, nous enseigne et quelles sont les attitudes à laquelle elle nous éduque progressivement. L’Eucharistie apprend à faire de l’existence humaine une action de grâce et une louange rendue à Dieu : « L’Eucharistie nous est donnée pour que notre vie, comme celle de Marie, soit tout entière Magnificat. »5 Elle nous enseigne que l’homme est appelé à se nourrir de Dieu lui-même, qu’il est un être de communion avec Dieu et ses frères. Elle est une école de charité authentique, de vie livrée par amour, de partage, de service, d’attention aux plus pauvres. Elle est une « grande école de paix »6 dit le Saint-Père. Notons bien que l’Eucharistie est non seulement enseignement, lumière pour montrer le chemin, mais elle est aussi transformation intérieure, grâce, et la force pour pratiquer toutes ces attitudes.

    L’Eucharistie, école de maturité spirituelle et de foi

    Dans un article de Feu et Lumière sur la maturité spirituelle (n°233), j’ai expliqué que la maturité chrétienne consiste à mettre au cœur de notre vie des attitudes de foi, d’espérance et d’amour. Les « vertus théologales », pour reprendre le vocabulaire traditionnel, sont appelées à devenir peu à peu comme le fondement de notre manière d’être, jusqu’à restructurer progressivement notre psychologie elle-même.
    Dans cette ligne, je voudrais faire comprendre combien l’Eucharistie est pour nous une très précieuse éducation à la foi, à l’espérance, à l’amour. Je me contente aujourd’hui de parler de la foi ; les deux autres vertus théologales feront l’objet d’articles ultérieurs.

    Mysterium fidei

    Une des premières caractéristiques de l’Eucharistie est qu’elle est un mystère de foi. Mysterium fidei.
    Seule la foi peut nous faire pénétrer vraiment dans la compréhension de ce grand Sacrement. Cela ne veut pas dire qu’il faille se contenter d’une crédulité naïve, où la raison ne devrait que se taire. Foi et raison ont absolument besoin l’une de l’autre. Comme le Saint-Père Jean-Paul II l’a rappelé dans son encyclique Fides et ratio, elles se soutiennent mutuellement. La raison sans la foi risque de s’enfermer dans une perception du monde trop étriquée, mais la foi sans la raison ne peut satisfaire l’homme qui a besoin de mobiliser son intelligence pour chercher autant que possible à comprendre ce qu’il croit et à justifier sa démarche de foi.
    Mais il reste vrai que la ressource qui nous permet d’accéder à la vérité la plus profonde de l’Eucharistie est la foi seule. Jean-Paul II le redit, ce mystère « nous dépasse et met à rude épreuve les possibilités de notre esprit d’aller au-delà des apparences. Ici nos sens défaillent, mais notre foi seule, enracinée dans la Parole du Christ transmise par les apôtres, nous suffit. »7

    439px-Botticelli_-_Madone_de_l'EucharistieQuand dans son encyclique Jean-Paul II parle de Marie comme «femme eucharistique»8, la première attitude qu’il évoque est la foi de Marie : « Si l’Eucharistie est un mystère de foi qui dépasse notre intelligence au point de nous obliger à l’abandon le plus pur à la parole de Dieu, nulle personne autant que Marie ne peut nous servir de soutien et de guide dans une telle démarche » 9.
    Fréquenter l’Eucharistie nous éduque à un regard de foi. Elle nous enseigne à ne pas nous fier seulement aux apparences, mais à prendre comme fondement de notre perception de la réalité l’obéissance à la Parole de Dieu, la confiance en la vérité de cette Parole. Elle nous oblige à ne pas rester seulement au niveau de nos impressions, mais à prendre au sérieux cette Parole et l’univers divin auquel elle nous donne accès.
    Cela nous aide à dépasser le rationalisme. Celui-ci ne considère comme réalité que ce que la raison est capable d’appréhender par ses seules ressources et nous enferme dans une perception trop étroite du monde, où l’homme étouffe. Cette tendance rationaliste, qui marque beaucoup l’occident depuis quelques siècles, suscite en réaction, comme on le voit aujourd’hui, une fascination pour le paranormal, les horoscopes, la magie, etc. Pourquoi le succès incroyable de Harry Potter ? Parce que l’homme a besoin de mystère, et il ne peut se contenter d’un univers réduit à ce que la logique rationnelle laissée à elle-même peut appréhender.
    Ce qui est paradoxal dans la culture contemporaine, c’est qu’elle est tiraillée en permanence entre un rationalisme étroit et une fascination pour l’irrationnel parfois le plus obscur et le plus dangereux. Il vaut mieux rester dans la ligne de la tradition chrétienne où le besoin de merveilleux, de mystère, de transcendant, réussit à s’harmoniser avec le réalisme et avec les exigences de la raison !

    Entrer dans la sagesse de Dieu

    Si nous sommes appuyés sur la confiance dans la Parole et les promesses de Dieu, l’Eucharistie nous habituant à un regard de foi sur la réalité, nous évite de nous laisser enfermer dans une sagesse et des sécurités seulement humaines.
    Cela est très pédagogique pour nous, car notre tentation constante est de juger de toute réalité selon les apparences ou selon nos critères à nous, et de rester ainsi incapables d’entrer dans la sagesse de Dieu et de discerner son action. Et, par voie de conséquence, de nous inquiéter et de nous décourager sans cesse, car au lieu de prendre au sérieux les promesses de Dieu, nous préférons nous fier à nous-mêmes et à notre perception limitée du monde.
    Le besoin le plus urgent que nous avons est de grandir dans la foi. Je plaisante parfois en disant qu’en fin de compte, le seul et unique vrai problème de notre vie est notre manque de foi. En effet, tous les autres problèmes, quand ils sont affrontés avec foi, ne sont plus tant des problèmes que des occasions de croissance humaine et spirituelle. « Tout est grâce » disait la petite Thérèse peu avant de mourir. Même les pires difficultés, quand nous les vivons dans la foi et l’espérance, finissent tôt ou tard par tourner à notre bien, et faire jaillir des « trésors cachés », plus beaux et plus précieux que ceux que nous prétendons fabriquer par nous-mêmes.
    Le jour où nous aurons compris cela sera une grande victoire. Nous serons en paix avec la vie. Il sera plus facile de nous réconcilier avec nous-même, avec notre histoire personnelle ; ainsi que d’accepter les autres tels qu’ils sont et de nous réconcilier avec eux. Nous n’aurons plus besoin de passer notre vie à chercher des coupables ou à fabriquer des boucs émissaires responsables de nos malheurs.

    La foi découvre les réalités véritables

    Vénérer l’Eucharistie est pour nous une manière très forte de confesser notre foi dans la vérité de la Parole de Dieu et de faire grandir cette foi. Cela nous fait aussi expérimenter que la foi nous donne accès à la réalité véritable. Ce que nous croyons (même si cela reste parfois en partie obscur pour la raison et déroutant pour la sensibilité) finit par se révéler comme étant la suprême réalité, qui ne nous déçoit pas, mais réussit au contraire à nous combler au-delà de toute attente.
    Voici ce que dit Beaudoin de Ford, un cistercien du XIIe siècle : « Le Christ était caché, dès le commencement, dans le sein du Père. Il s’est caché ensuite sous la forme d’esclave qu’il a assumée. Il se cache encore actuellement dans le sacrement qu’il a institué. Caché dans le sein du Père, la foi le trouve ; caché dans une humanité, la foi le trouve encore ; et c’est encore la foi qui le découvre dans le sacrement où il se cache. Grande est la vertu de foi qui obtient une telle grâce de familiarité avec Dieu ! » 10
    La célébration de l’Eucharistie vécue avec foi et avec amour, les heures passées en colloque silencieux devant le Saint-Sacrement, nous font infailliblement déboucher sur une expérience véritable de Dieu, dans laquelle devient évident pour nous que nous touchons la réalité ultime. Paradoxalement, un mystère si pauvre et si déroutant quant aux apparences, nous fait vivre de temps en temps des moments d’une plénitude et d’un bonheur qui dépassent tout ce que la terre peut accorder. Dans Mane Nobiscum Domine, Jean-Paul II se réfère à l’expérience des saints (et sans doute à la sienne propre !) avec ces mots : « Combien de fois n’ont-ils pas versé des larmes d’émotion en faisant l’expérience d’un si grand mystère et combien de fois n’ont-il pas vécu des heures indicibles de joie sponsale devant le Sacrement de l’Autel. » 11 L’Eucharistie nous permet tôt ou tard de « goûter et de voir combien le Seigneur est bon » comme dit le psaume 34 ; elle nous met ainsi en contact vivant avec la plus réelle des réalités : le Dieu-Amour.
    Je suis persuadé que cette expérience des saints est destinée à devenir l’expérience de tous les croyants. Il y aura dans les années à venir de plus en plus de « miracles eucharistiques », pas forcément au sens de manifestations extraordinaires, mais au sens de cœurs qui vont se transformer et de psychismes qui vont guérir au contact de l’Eucharistie.
    L’amour de l’Eucharistie est l’occasion de faire l’expérience que l’acte de foi nous ouvre à des réalités insoupçonnées, qui, pour être mystérieuses et déroutantes pour nos facultés humaines, n’en sont pas moins des réalités solides, de véritables points d’appui pour notre transformation intérieure et notre croissance humaine et spirituelle.
    Saint Paul félicite les Colossiens pour la « solidité de leur foi » 12. La foi restera toujours quelque part un saut dans l’inconnu. Mais la foi est solide, car les réalités auxquelles elle nous donne accès ne peuvent pas nous décevoir, au contraire elles nous comblent, nous font vivre, et nous renouvellent intérieurement de jour en jour. « Le juste vivra par la foi » 13 ! Et l’Eglise à venir trouvera une sagesse et une vitalité extraordinaire dans sa foi eucharistique.

     

    Notes :

    1. Mane nobiscum Domine, §25

    2. Idem, §26.

    3. Idem, §27.

    4. Idem, §24.

    5. Ecclesia de Eucharistia, §57.

    6. JEAN-PAUL II, Mane Nobiscum Domine, §27.

    7. Ecclesia de Eucharistia, §50.

    8. Idem, §53.

    9. Idem, §54.

    10. Cf. Marie-Nicole Boiteau : Je suis avec vous tous les jours ; Cahiers de l’Ecole cathédrale.
    11. §31.
    12. Col 2, 5.
    13. Hab 2, 4.

     

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *